Le Perp (Plan d’épargne retraite populaire), qui a vocation à être remplacé par le plan d’épargne retraite individuel (PERIN), et le contrat d’assurance vie sont deux produits qui se ressemblent fortement mais dont certaines caractéristiques techniques et fiscales les différencient. Ils sont très complémentaires pour des épargnants en activités fortement imposés.

Créé en 2003, le Perp (Plan d’épargne retraite populaire) – bientôt remplacé par le plan d’épargne retraite individuel (PERIN) – est conçu sur la base d’un contrat d’assurance vie. Il dispose alors des mêmes types de supports financiers : le fonds en euros pour la partie sécurisée et les unités de compte pour dynamiser son potentiel de performance.

Le Perp : une rente pour la retraite

Le Perp est dédié exclusivement à la retraite. C’est un produit tunnel qui, hors cas exceptionnels (chômage, invalidité…), n’est pas disponible jusqu’à l’âge de la retraite.

Son principal attrait vient de son avantage fiscal à l’entrée. Les versements sont déductibles (dans certaines limites toutefois) de vos revenus. Dès lors, plus votre tranche marginale d’imposition est importante et plus l’économie d’impôt l’est aussi.

À la retraite, au minimum 80% de la valeur du plan est obligatoirement convertie en rente viagère, fiscalisée dans vos revenus.

L’économie fiscale réelle correspond alors à l’écart du niveau d’imposition entre la vie active et la retraite.

L’assurance vie : capital disponible

Un contrat d’assurance vie est à la base un produit d’épargne considéré à juste titre comme le couteau suisse du patrimoine. Il vous accompagne dans toutes les étapes de la vie.

À la grande différence du Perp, le capital est disponible à tout moment. Il suffit de faire une demande de retrait que les assureurs appellent rachat.

Il est toutefois conseillé de conserver le contrat huit ans au minimum afin de profiter pleinement de son cadre fiscal qui devient plus avantageuxgrâce à un abattement annuel sur les intérêts (4.600 euros pour une personne seule et 9.200 euros pour un couple marié ou pacsé).

Surtout, au décès, les capitaux (considérés comme étant hors de la succession) sont transmis à vos proches dans un cadre fiscal là aussi très favorable, excluant de nombreux bénéficiaires de toutes taxations.

Au final, les deux placements sont assez proches mais leurs objectifs sont différents. L’assurance vie est incontournable et adaptée à tous. Le Perp s’adresse à des épargnants en activité fortement imposés qui souhaitent préparer leur retraite.