@font-face {
font-family: DoulosSILW;
src: url(DoulosSIL-R.woff);
} L’Insee vient de publier ses chiffres sur les créations d’entreprises en 2017. Le secteur immobilier se démarque.

En 2017, en France, 591 000 entreprises ont été créées, soit 6,7 % de plus qu’en 2016. Les créations d’entreprises atteignent ainsi leur plus haut niveau depuis 2010. Les immatriculations de micro-entrepreneurs augmentent plus (+ 9 %) que les créations d’entreprises individuelles classiques (+ 6 %) et de sociétés (+ 5 %).

Avec une hausse des créations de 14 %, le secteur des activités spécialisées, scientifiques et techniques est le premier contributeur à la hausse globale, du fait notamment des activités de conseil sous le régime du micro-entrepreneur ; il devient ainsi le plus important en nombre de créations d’entreprises, devant le commerce.

Les activités immobilières (hors BTP) pèsent 3,8% de l’ensemble des créations d’entreprise (6,4% pour les créations de sociétés) ; les activités financières et d’assurance représentent 2,8% de l’ensemble des créations d’entreprise (6,8% pour les créations de sociétés).

En termes de dynamique, les activités immobilières ont suscité une très forte progression des créations d’entreprise (+18,1% contre 6,7% pour la tendance générale, et +13% pour les créations de sociétés contre +4,8% pour la tendance générale) ; les activités financières/d’assurance affichent une progression modérée de +4,6%.Tous types d’entreprises confondus, les créations s’accroissent dans la quasi-totalité des régions, mais la dynamique est largement la plus forte sur l’Ile-de-France (+10%), suivie de  Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine (+8% toutes les deux).

Remarquons sur le typologie des sociétés créées que les SARL qui représentaient 66% des créations en 2013 sont devenues très minoritaires avec 36% en 2017 alors que les SAS – surtout à associé unique (37%) – représentent 61% en 2017. Les sociétés anonymes sont marginales (3%).

Lire aussi : Impôt sur les revenus : comment va se dérouler l’année de passage vers le prélèvement à la source