L’assurance vie mérite son statut de star dans l’univers des placements, malgré des rendements parfois décevants, une fiscalité moins attrayante qu’auparavant et des frais parfois élevés sur certains contrats. Pourquoi souscrire en 2019.

Si vous avez la chance de disposer de quelques milliers d’euros à placer en 2019, les solutions qui s’offrent à vous ne manquent pas. L’assurance vie demeure un placement incontournable malgré des frais parfois un peu élevés sur certains contrats, des rendements 2018 inférieurs à l’inflation et une fiscalité moins attrayante qu’auparavant. Voici 12 bonnes raisons d’ouvrir ou d’alimenter un contrat d’assurance vie en 2019.

1) C’est le placement sans risques le plus rentable qu’on peut ouvrir aujourd’hui

En 2018, l’assurance vie traditionnelle (les fameux fonds et contrats en «euros») a rapporté 1,8% en moyenne (2,3% pour les contrats primés), davantage que le Livret A (0,75 %) et que les PEL actuels (1% pour les plans ouverts depuis le 1er août 2016, mais 2,5% pour ceux ouverts avant février 2015).

Et, en 2019, dans des conditions de marché similaires, l’assurance vie devrait conserver sa longueur d’avance.

2) Les gains sont exonérés d’impôts le plus souvent

Après huit ans de détention, un couple peut retirer 9.200 euros de gains par an hors impôts (la moitié pour un célibataire).

Seuls les prélèvements sociaux (17,2%) sont dus. Chaque retrait comprenant une part de gains et de capital, la somme que vous pouvez retirer hors fiscalité est en réalité bien supérieure : de 20.000 à 40.000 euros selon les contrats le plus souvent.

3) Le «compteur fiscal» ne tourne qu’en cas de retrait ou de décès

Dans un compte-titres ordinaire, à chaque fois que vous vendez une ligne en plus-value, vous passez par la case impôts, sauf pertes réalisées par ailleurs ou utilisation de moins-values en report d’imposition.

Le fonctionnement de l’assurance vie est très différent. Vous pouvez réaliser autant d’arbitrages que vous voulez sans faire tourner le compteur fiscal.

Impôts (quand il y en a) et prélèvements sociaux ne sont payés qu’au décès ou en cas de retrait (on parlera de rachat).  

4) L’assurance vie est exonérée de taxation au décès (sous conditions)

Chaque bénéficiaire d’un contrat vie est exonéré à hauteur de 152.500 euros et n’est taxé qu’à 20% ou 31,25% au-delà, contre jusqu’à 60% dans le cadre d’une succession classique.

5) Le minimum de souscription ne dépasse pas quelques dizaines d’euros

Parmi les contrats Trophées d’Or du Revenu, Compte Épargne transmission de la MIF est accessible dès 30 euros.

Également primés par Le Revenu, les contrats Afer, Fortuneo Vie et LinXea Avenir sont accessibles dès 100 euros. 

6) Vous pouvez transmettre le contrat à la personne de votre choix

Au décès, l’épargne d’un contrat d’assurance vie ne va pas aux héritiers au sens du Code civil (conjoint et enfants le plus souvent) mais aux personnes désignées dans la «clause bénéficiaire» qui peuvent être des tiers.

7) Votre contrat s’adapte à l’évolution de vos besoins

Souvent présentée comme le « couteau suisse » de la gestion de patrimoine, l’assurance vie s’adapte à l’évolution dans le temps de vos objectifs patrimoniaux : financer une résidence secondaire, les études des enfants, préparer votre retraite, la transmission de vos biens…

8) Calibrer son contrat d’assurance-vie

L’assurance vie est un placement populaire mais complexe. Il est nécessaire de sélectionner un contrat aux caractéristiques techniques et financières dans le haut du panier et de vous faire accompagner dans les étapes clés : rédaction de la clause bénéficiaire, choix des supports d’investissement, des options de gestion, optimisation fiscale des retraits, etc. 

9) Vous pouvez récupérer votre argent à tout moment

Le délai de huit ans parfois évoqué correspond à la durée minimale pour obtenir la fiscalité la plus favorable en cas de retrait, mais il ne signifie en rien que votre argent est bloqué.

10) Vous pouvez disposer de plusieurs contrats

Souscrire trois ou quatre contrats de différents assureurs diversifie les gestionnaires et donne accès à un plus grand nombre de supports d’investissement. Capelli et Associés vous accompagne dans cette diversification.

11) La performance est au rendez-vous en appliquant la stratégie 80-20

Un assuré qui aurait mis en place une répartition 80% en fonds en euros et 20% dans un fonds investi en actions internationales type Lyxor MSCI World aurait gagné 12,1% en trois ans, 22,5% en cinq ans et 78,5% en dix ans. 

12) Vous souscrivez un placement qui a déjà séduit 16 millions de Français.

Le nombre de contrats est estimé à 54 millions pour un encours de 1.700 milliards d’euros.

Si on tient compte des bénéficiaires, l’assurance vie concerne plus de 30 millions de Français. Seul l’immobilier, plus taxé et plus chronophage, rivalise en termes de popularité et d’encours.